Librairie Djahazi en ligne

Achetez directement nos livres en ligne

Modalités de paiement

 

1/ par virement 

2/ par Chèque bancaire au bénéfice de MARIE CASIMIR à envoyer à :

Editions Djahazi

B.P. 08

06531 Peymeinade Cedex

 

 

Djahazi 01 : La  GUERRE de  la  SALIVE

Djahazi-01 La GUERRE de la SALIVE

Thème : Ce premier Djahazi  traite de la question de MAORE/MAYOTTE. Son principal intérêt est de montrer que l’île est bien une Comore comme les autres et, même, la première Comore investie et administrée par les autorités françaises. En effet, la société commerciale et industrielle qui décide de s’implanter à Kawéni en 1846, formée à Nantes, a reçu le nom de «Compagnie des  Comores».   

 

ÉPUISÉ, ne sera pas réédité.

Ce livre vous est offert (voir ACCUEIL)

Djahazi-01 La GUERRE de la SALIVE

0,00 €

  • malheureusement en rupture de stock

Djahazi 02 : HISTOIRE  des  ILES

Djahazi-02 HISTOIRE des ILES

Thème : Le deuxième Djahazi  qui s’appuie sur des manuscrits, consultés dans la famille royale du Prince S.Houssein, et sur les archives anglaises conservés à Maurice, rapporte les conflits politiques et guerres qui ont eu lieu dans les trois Comores du sud, avant même l’installation de la France à Maorè/Mayotte. Le principal enseignement que l’on peut extraire de la lecture de ce livre porte sur la logique des luttes politiques  qui caractérise le  microcosme comorien. Nous constatons que ces affrontements guerriers n’opposent pas une île à une autre île, comme l’ont fait croire les séparatistes mahorais mais toujours une chaîne de factions à une autre chaîne de factions. Chaque chaîne se déploie sur l’ensemble de l’archipel. Et, en conséquence, sur chaque île, une faction de la chaîne A  s’oppose à une faction de la chaîne B.

Djahazi-02 HISTOIRE des ILES

25,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

Djahazi 03 : FLAMME VIVE ÉBLOUIT   mais ne dure !

Djahazi-03 FLAMME VIVE ÉBLOUIT mais ne dure !

Thème : Ce troisième Djahazi  présente le riche manuscrit que le prince Abdourahim Moussa Chahidi a transcrit, sous la dictée de Tabibou Ahamadi homme âgé qui avait participé aux batailles évoquées. L’ouvrage offre l’intérêt de décrire, dans le détail, les affrontements armés et fratricides entre les trois principaux matriclans royaux de l’île et des champions qui représentent chacun d’eux,,à savoir les sultans Msafoumou Féfoumou, S.Ali S.Omae et Hachim Ahmed.

Autant dire que c’est l’Histoire récente de l’île de Ngazidja tout entière qui se trouve ici rapportée, pour l’information du lecteur. Le livre offre un autre intérêt  et c’est celui de présenter, aux lecteurs et aux linguistes, un état ancien de la langue chi-ngazidja des habitants de la Comore du nord. L’ouvrage comporte aussi un essai de datation qui pourrait être utile aux étudiants et aux chercheurs qui travaillent sur l’Histoire plus ancienne de cette île.

 

Djahazi03- FLAMME VIVE ÉBLOUIT mais ne dure !

25,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

Djahazi 04 : L’IMPOSTURE  féodalo-bourgeoise

Djahazi-04 L’IMPOSTURE féodalo-bourgeoise

Ce quatrième Djahazi restitue la vie entière d’un homme exceptionnel, ALI SWALIH, qui  joua un rôle central dans l’Histoire de son pays : d’abord par ce qu’il eut l’habileté de faire admettre la République Comorienne. à l’O.N.U., dans son intégrité territoriale des quatre îles. Et ensuite, parce qu‘il fut le seul  chef d’Etat africain à arriver au pouvoir, muni d’une doctrine politique patiemment élaborée et d’un programme d’actions, mûrement réfléchi. Les multiples qualités de ce héros fondateur d’un Etat moderne sont, ici, énumérées dans le détail, tant celles du théoricien, que celles du praticien et du didacticien. La Révolution Socialiste qu’il conduisit pendant deux ans et demi, était étroitement adaptée aux réalités, économiques, sociales et culturelles de son pays et voulait aboutir à un modèle de société autogérée, en voie de développement économique, rapide et équilibré. Ali aurait réussi dans son projet de créer une société sans classe, s’il n’avait ét arrêté par la maladie. 

L’ouvrage contient enfin l’ensemble de ses discours et fournit un aperçu de son éloquence, tant en chi-ngazidja qu’en français.   

 

Djahazi-04 L’IMPOSTURE féodalo-bourgeoise

31,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

Djahazi 05 : La TRAJECTOIRE IDÉO-LOGIQUE de l’HUMANITÉ

Djahazi-05 : La TRAJECTOIRE IDÉO-LOGIQUE de l’HUMANITÉ

Le 5ème livre Djahazi est un essai philosophique, élaboré à partir de l’expérience de terrain de son auteur. Pour la première fois, apparemment, une périodisation logique permet de saisir l’évolution générale des croyances et des convictions humaines.  Le temps et  l’espace sont  franchis d’un seul bond pour décrire l’aventure humaine et démontrer que les religions de la Terre ont précédé les religions du Ciel dont les monothéismes ne sont que les derniers avatars.

Djahazi-05 : La TRAJECTOIRE IDÉO-LOGIQUE de l’HUMANITÉ

15,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

Djahazi 06 : De l'INSTRUCTION du PEUPLE

Djahazi-06 De l’INSTRUCTION du PEUPLE

Ce 6ème Djahazi  se présente comme un commentaire illustratif, chargé d’expliciter la théorie et la pratique du chef d’Etat exceptionnel et hors pair que fut Ali Swalih.  Il est d’autant plus utile et indispensable que le peuple comorien, prisonnier de la gangue féodale qui l’enfermait, depuis presque 500 ans, n’avait pas compris les enjeux de l’époque. Abusé par la classe dirigeante féodalo-bourgeoise qui fit tout pour  diaboliser le novateur et le faire disparaître de l’Histoire du pays, le peuple avait même cru que le Guide le menait à sa perte…  

Djhazi-06 De l’INSTRUCTION du PEUPLE

20,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

Djahazi 07 : NARIUNDRÉ KOMORI

Voir le prix spécial pour 3 exemplaires 40€ au lieu de 75€

Djahazi-07 NARIUNDRE KOMORI

Ce 7ème Djahazi, intitulé «Construisons (le pays) Komori (et, en même temps,) le Comorien nouveau» s’adresse aux écoliers, aux collégiens, aux lycéens et aux étudiants comoriens et,  pour atteindre ce but, opère 7 ruptures originales ; elles sont d’ordre identitaire, psychologique, anthropologique, sociologique, philosophique, politique, pédago-gique.

 

L’ouvrage vise à former des esprits chercheurs, critiques et autocritiques  qui vont devoir procéder à des enquêtes, à des observations, à des expérimentations, rédiger des comptes-rendus, organiser des expositions et participer à des débats contradictoires. C’est dire que les étudiants ne seront plus des robots ou des magnétophones mais, à force d’avoir exercé leur intelligence, deviendront des individus citoyens, libres et solidaires.   

 

Djahazi-07 NARIUNDRE KOMORI

25,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

TARIFS EN 2.019  POUR L’ACHAT DU LIVRE DES ECOLES 

 

NARIUNDÉ KOMORI 

 

Nous, responsables des éditions DJAHAZI, avons le plaisir de vous faire savoir que

le 7èmeDjahazi  intitulé NARIUNDRÉ  OMORI .(NUK I) nous a été livré par l’imprimeur et de trouve donc disponible à l’achat. 

 

L’ouvrage n’a été imprimé qu’en 200 exemplaires.

 

Si vous résidez dans la REGION PARISIENNE, pour l’acquérir, contactez nous au 0624 89 49 97

 

Si vous résidez en France  mais EN DEHORS de la région parisienne, vous devrez vous adresser  à MARIE CASIMIR  tel. fixe 0493 66 59 02  (15 à 18 h)

 

Le livre NUK 1   est VENDU  25E  l’unité = l’exemplaire 

 

MAIS vous aurez intérêt  à ACHETER 3 exemplaires qui sont vendus au tarif de 40E.

(frais postaux compris) soit 13Eseulement l’exemplaire 

 

L’acheteur de 10 exemplaires ne paiera que 110E  (frais postaux compris) soit 11El’unité

 

L’acheteur de 15 exemplaires (pour équiper une classe de 30 élèves, à raison d’un livre pour 2 élèves) ne coûtera que 150Esoit 10El’unité.

 

L’acheteur de 30 exemplaires (permettant d’équiper une classe de 30 élèves, chaque élève ayant son livre) ne paiera que 270E  (frais postaux compris) soit 9,50El’unité 

 

L’acheteur de 50 exemplaires ne paiera que 500E(frais postaux compris), soit 9El’unité

 

L’acheteur de 100 exemplaires ne paiera que 800E(frais postaux compris), soit 8El’unité  

 

Pour équiper une classe de son village ou de son quartier, on peut, bien sûr, se grouper pour faciliter l’opération d’achat.

 

Nous vous rappelons  que c’est un ouvrage de PORTÉE  EXCEPTIONNELLE  :

 

il s’adresse d’abord à l’intelligence des enfants, des adolescents, des étudiants, et NON à leur mémoire seulement. 

 

Il utilise une PEDAGOGIE ACTIVE  inconnue aux Comores.

 

Par là, il va renforcer les relations entre les îles et contribuer à la construction de la nation comorienne.

 

Les lecteurs les plus conscients vont d’ailleurs pouvoir,  IMMÉDIATEMENT,  exercer et stimuler leur intelligence en travaillant sur leur CAHIER PERSONNEL.

 

Ils comprendront aisément l’intérêt qu’il y aura à  EQUIPER  de cet outil, les écoles de leur village et de leur quartier.

 


Djahazi 08 : Manifeste Agnostique

Djahazi-08 MANIFESTE AGNOSTIQUE

 

Le  8ème Djahazi  est un court essai philosophique en quatre chapitres : il se compose, ainsi, de 19 pages philosophiques, de 25 pages portant sur l’Histoire et la politique, de 16 pages traitant de la pédagogie et de 10 pages qui proposent un programme général. 

 

Il a naturellement bénéficié du travail de terrain et de l’expérience accumulée par l’auteur, qui lui ont  grandement servi pour la rédaction de ses sept premiers livres.

 

il prolonge, plus particulièrement, le précédent essai, ou 5ème Djahazi,  en ce qu’il opère une synthèse, reliant toutes les disciplines anthropologiques

 

Ce livret de 70 pages permet, aussi, de comprendre pourquoi la France (mais aussi le Comorien Ali Mwongozi) a opté pour une Constitution laïque et non religieuse : c’est en effet la seule  qui permette à tous les citoyens du pays de jouir des deux biens les plus précieux : la liberté de conscience et d’expression, d’une part,  l’égalité de traitement devant une justice impartiale, d’autre part...

 

MANIFESTE AGNOSTIQUE

12,00 €

  • disponible
  • 5 à 8 jours de délai de livraison1

100 FLEURS POUR LE BONHEUR

CENT FLEURS POUR LE BONHEUR

 

Les éditions Djahazi m’ont demandé de poursuivre mon effort et j’ai décidé de répondre à cet appel parce que je suis préoccupé, depuis longtemps, par deux grandes questions : 

 

1/ l’avenir de la malheureuse République des Comores, injustement traitée et occupée par le pays dont je suis originaire et qui fut, un temps, grâce à Condorcet, considéré comme le pays des Droits humains. Le peuple de cet archipel, certes, méritait mieux mais il doit se souvenir qu’il a été dirigé, trop brièvement, par un homme d’une exceptionnelle envergure, le Président Ali Swalih dont la théorie fondamentale et l’action fondatrice ont été transmises par les éditions Djahazi, dans le livre «L’Imposture». Les intellectuels comoriens peuvent et doivent puiser, dans cet exemple et cette expérience uniques, les leçons qui leur permettront de faire renaître l’espoir dans le cœur des patriotes, de la jeunesse et des opprimés.

 

2/ la situation d’un  islam parvenu à la croisée des chemins et qui cherche encore sa voie. Celui qui embrasse l’Histoire ne peut qu’être déçu d’une religion qui, en l’espace de mille ans, s’est défigurée. Les musulmans pouvaient s’enorgueillir d’avoir offert au monde un islam des lumières. Ils ne s’attendaient, certes pas, à connaître et subir l’islam des ténèbres qui sévit dans le monde, de nos jours...

 

Les deux préoccupations se rejoignent, d’ailleurs, dans la mesure où le Guide de la Révolution Comorienne avait déjà, abordé la question de l’islam actuel et bien perçu ses insuffisances, au point qu’il préconisait sa rénovation, à entreprendre sous le signe du principe d’égalité qui rende justice à tous les citoyens d’une nation. Nul doute, à cet égard, qu’il aurait mené cette refonte avec brio, comme il avait entamé la construction de la nation comorienne, avec impétuosité. Seule la maladie avait pu l’arrêter dans sa marche en avant. 

 

Nous, K.Atta et l’éditeur, espérons apporter, ici, à ceux, qui nous liront, les moyens d’y voir clair et d’œuvrer pour l’avenir…

 

20,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

INDEX  POUR RETOUVER CHAQUE FIKIRA

 

A  > Accusé, Levez-Vous !  23 >  p.    Et Ali créa Komor n°82  > p.   

       L’Arc de l’Oubli  26  > p.     L’Art Didactique n°100 >  p.

  

B >  La Ballade des Méprisants 85 > p.

 

C > Les Deux Caméléons  72 p.  La Carte Bleue  34>  p. 

       Petite Cause et Grands Effets 13  p.   Les Coelacanthes 51  p.  

      Comme un Cœur   61 >  p.   De La Comorologie 84 > p.  

       Connaître et Comprendre 50 >  p.   Conformisme 47  > p..

      Les Trois Corans 44 >   p.      Créé ou Incréé ?  6  > p.

       Créateurs et Copieurs  53  > p.

 

D >  La Dégringolade  41  > p.  Sur le Dépendantisme 25  >  p.  

La Dérive 8 >  p.        Le Désastre 96  > p.   

Des Citoyens Sans Droits 67 >  p.

 

E > L’Ecole 99 > p.     Un Egyptien à Paris  37  > p. 

L’Enjeu du Coelacanthe  74 > p.   Le Bel Endormi  9 > p.     

L’Ecriture et l’Oralité 68 >  p.    L’Enjambement Possible 73 > p.   L’Erreur Fatale 5  > p.     L’Espace et le Symbole 63  > p.   

L’Estime de Soi 24  > p.       L’Etat d’ébriété 77 >  p.

 

F   >  Figues Offertes 81  >  p.    Forger l’Outil Critique 33 > p.  

         Sur Deux Forces  64  > p.

 

G  >  Pour un Véritable Giratoire  56  >

La Grenouille et le Zébu  19 > p.    La Guerre de Cent Ans  58 > p.

 

H   >    Mon Frère en Humanité  29 >  p.

 

I  >  Imaginons Ensemble  93 > p.   L’Imitation du Guide 95>  p.

       Indépendance Fiction  20 > p.     Combien d’Islams ?  78  >  p.

      L’Islam en France  59 >  p.     L’Islam Rénové  46  > p.

 

J >  Ils N’ont Jamais lu le Coran  7  > p.

 

K > 

 

L > Sur la Laïcité 60 > p.      Lénine En Afrique  35  > p.  

       Lire ou Ne Pas Lire 55  > p.

M  > La Maison de la Sagesse  11 > p.   

Le Maître de la Méthode 88  > p.   Malaise Dans l’Identité  36 > p.     La Mascarade de Juillet  91 > p.     Mektoub 12  > p.      

 Meurtre ou Assassinat ? 66 > p.   Le Modèle Impeccable  38 > p. 

 La Mort Exemplaire  21 > p.  Les Deux Modèles  28   >  p.

 

N >  La Nécessité de Tuer  18  > p.   

 Nous, les Cadavres Balladur     > p.   La Nuit Coloniale 3 > p.

 

O >  L’Obsession Sexuelle  22  > p.  L’œil et la Fumée  94 > p.  

     Le Petit Oiseau Sans Ailes 98 > p.

 

P >  Le Panier Percé  27  > p.    Le Parcours Fulgurant 65 > p.   

        Le Peintre Absurde 31>  p.  Les Peuples Monothéistes 14  > p.  

        Le Piège à Double Tour 30  > p.  Sur la Place Publique 48 > p.

        La Preuve de l’Egarement 15 > p.  Le Pur et l’Impur 76 >  p.

         

 

R  >  Le Grand Relieur 89  >  p.     La Renaissance 16  > p.   

La Rencontre au Sommet 40  > p.    La République Islamique 87 > p.

La Résurrection  54   > p.

 

S  >  La Séparation Négative 80  >p.      La Séparation Utile  57  > p.

         Le Sermon   84 > p.   Le Service Civique  97 > p.  

         La Servitude Volontaire 32 >  p.   La Solitude du Héros  70  > p.        

         Souwala haou Djawabou ? 79  >p.     Sortis du Monde  17 > p.

       La Station Terminus 1 > p

 

T >  Tartufe 38  > p    Le Taureau et la Mouléta 69 >  p.

       Terre Fertile ou Désert ?   43 > p.

        Le Train de I’Indépendance  83  > >  p.      Tunis   2   >  p.

 

U

 

V  >   Le Vaisseau Fantôme    4 > p.   La Valeur de l’Individu 75 >  p.

          La Valeur Travail  49  > p.    Les Versets Terrifiants 45 > p.

          Viva la Muerte !  42 >  p.

 


Djahazi 10 Ma béquille adorée

 

 

BRÈVE HISTOIRE DU THÉÂTRE COMORIEN

 

Le théâtre comorien a connu plusieurs étapes marquantes :

 

1/ l’association des J.A.T. (= jeunes amis du théâtre), créée, à Msamoudou de Ndzou’ani, par l’animateur Lecudnec, montait des pièces du théâtre français que des lycéens comoriens interprétaient, dans le cadre de leur cursus scolaire. Le rôle des femmes était joué par des garçons. Fatima Mohamed Chahalane eut l’idée de corser le spectacle en y ajoutant des danses féminines, en sorte que le public pût se familiariser, progressivement, avec la présence des filles sur scène. Après le départ de l’animateur, les filles purent même jouer une pièce comorienne qui portait sur la condition des femmes, dans l’île.… 

 

2/ les pièces de théâtre de Sultan 1974 («Le Règlement, c’est le  Règlement ou Msa Hazi») et de Damir Ali 1977 («La Fin de  Msafumu») étaient plutôt verbeuses et statiques, quant à la mise en scène. Mais toutes deux contestaient l’ordre établi : Damir continua, d’ailleurs, d’étoffer sa pièce, au point de la prendre pour sujet de  sa thèse.

 

Par sa pièce engagée, Sultan entend dénoncer «l’exploitation, l’injustice et le mépris du peuple comorien [dont fait preuve] «une société coloniale, championne du déboisement. Un ouvrier agricole, abusivement licencié par elle, subit des avanies et prend conscience des difficultés du peuple». «La pièce a connu un grand succès et a été jouée par plusieurs troupes, à travers Ngazidja

 

3/ les pièces de Papakais sont satiriques, vivantes, colorées, même si certaines d’entre elles, tiennent plus du roman que de la vérité historique : 

 

«Renard a volé M. le Président» est de 1974  

Masihu Mtsana»  

«Abidi Kovendzé», 

Andriantsouli 

 «Acte de décès du Président» est de 2.004. 

 

 

4/ le théâtre de Nassur Atoumane 1992 («La Marmite du Polygame»  manie également la satire avec talent et ne se limite pas à son île  d’origine, Maorè, mais traite aussi des relations avec les Comores du nord : 

 

«Mon objectif est de mettre en exergue les incohérences sociétales de nos us et coutumes et les tares politico-religieuses du terroir, afin de permettre aux bien-pensants [les autorités] de sortir nos populations du marasme intellectuel où nous sommes englués, encore aujour-d’hui.»  dans «Le Turban et la Capote», il suit la brillante carrière d’un cadhi libidineux qui se prend pour la voix de Dieu. 

 

En 2.000, avec sa pièce «Interview d’un Macchabée», il met en scène «la mémoire, les croyances, l’Histoire et l’actualité de son île./ Il donne au théâtre sa fonction première d’art qui dénonce et dérange.»   

 

Interprétés par Ibrahim Barwane 1997 «Enfant, Pourquoi Pleures-tu ?» 2000-2.001 «L’Esprit du Bangwé» et 2.004 «Pauvres Comores» étaient, peut-être, des performances d’acteur plus que des pièces de théâtre…

 

6/ Soumette Ahmed, artiste de rue, acteur et metteur en scène, est animateur de théâtre scolaire depuis 2.001. Il a fondé en 2.005, avec deux autres troupes le T.N.C. (théâtre national des Comores) puis, en juin 2.006, le théâtre Djoumbé.   Il réfléchit sur son art : 

 

«Le théâtre comorien souffre / d’un manque de visibilité, de structure, de critique, d’une circulation de la pensée.»

 

«La politique n’est pas un domaine réservé. / Les artistes, aussi,  comme les autres citoyens, ont leur mot à dire. Nous avons un rôle de porte-parole. Nous essayons de faire réfléchir la population, au travers de nos créations. / Le théâtre ne s’invite pas en politique, il s’y trouve déjà. // Depuis sa création, la troupe a porté sur la scène   «Qui sommes-nous ?» de Mounir Hamada Hamza, «La Vertu des Ombres » de Nassuf Djailani, «La Septième Oasis» de Saïd Ahmed Sast, «L’école de Bangano» de Mohamed Toihiri.

 

« Les autorités n’ont pas le sens de l’art et n’entrevoient pas le rôle que peut jouer la culture dans l’économie nationale. [En ce moment,  2.008,] la scène théâtrale comorienne est écrasée. On n’a même pas de scène où exister.»

 

7/ Patrice (Ahmed) Abdallah publie ses pièces «Le Notable Répudié» en 2.002, «Au Pays des Palabres» et «Les Frasques d’un Notable» en 2.006.

 

8/ Mistwahi Abdillahi a présenté sa pièce «Honneur ou Bonheur ?»   à Dakar, au Sénégal, en 2.003.

 

9/ Soeuf el Badawi, athlète polyvalent et surdoué, auteur, poète, comédien, metteur en scène, se veut «artiste citoyen» et entend combiner «l’agitation citoyenne et l’expérimentation artistique». 

 

 En 2.003, il porte au théâtre le texte de Saïndoune Ben Ali «Les Testaments de Transhumance».

 

En 2.006, il inaugure à l’Université des Comores, un «projet de développement des pratiques théâtrales», «une unité de formation dédiée aux arts et au spectacle vivant». Il y dirige un «chantier d’écriture dramaturgique» qui aboutit à la présentation, au Palais du Peuple, de la pièce «Abdel K.»  Cette pièce qui évoque l’assassinat, en 1981, du jeune révolutionnaire 

Adelkader Hamissi,  provoque le scandale et  révèle une autre vocation du théâtre, jusqu’alors cantonné aux thèmes comiques et au public jeune. La scène devient «le lieu possible de la confrontation et du questionnement», «un moyen de faire bouger les lignes». «Nous allons questionner  la théâtralité dans cette société / nous fondre dans nos héritages culturels pour aider à fabriquer / un théâtre citoyen.»

 

En 2.006 encore, Soeuf crée un «laboratoire de recherche et d’expérimentation théâtrale» nommé «Laboresvik

 

En 2.007, sa pièce «Moroni Blues» réveille en sursaut la ville historique endormie. Son théâtre est physique, ostentatoire, provocateur et percutant. 

 

En nov. 2.008, Il crée sa compagnie théâtrale «O mtchézo» qui  se veut en «rapport permanent avec le quotidien immédiat du Comorien.» «O mtchézo rêve d’un théâtre de la contemporanéité, de la recherche et du dépassement.» 

 

En 2.009, il met en scène «La Fanfare des Fous», un «spectacle évoquant la dépossession citoyenne en pays déconstruit

 

Il n’hésite pas, le 13 mars, à se projeter sur la place publique de la capitale, avec une performance de rue, un charivari à dimension politique et nationaliste «Goungou la mtchézo.» qui déplait à l’ambassade de France aux Comores. 

 

En 2.010, il inaugure son lieu de vie et de répétitions dit «Mouzdalifa House». 

 

Sa pièce «Un dhikri pour nos morts» date de 2012-2.013 et se plaint encore de la France qui viole la loi internationale et porte le malheur dans l’archipel : il s’agit pour l’auteur de «rendre un visage aux morts du visa Balladur.» 

 

En 2.017-2018, il monte la pièce «Obsessions» qu’il filme également. Il se fait une haute idée du théâtre : 

 

«Ce que je propose n’a rien à voir avec du divertissement. J’ai tendance à parler d’un théâtre, d’une poétique de la nécessité, ancrée dans les traditions de spectacle vivant (boneso), préexistantes dans l’archipel.»

 

10/ A.K.Martial, directeur du service culturel au Conseil Général de Maorè, en 2.008, avait créé sa compagnie IstaMbul en 2.000. Il écrit des pièces exigeantes, comme «Epilogue des Noyés» de 2.005. Il exprime ses conceptions et motivations avec éloquence : 

 

«J’écris comme on crie un cri sourd qui t’étouffe au niveau de la gorge, un cri qui ne veut pas sortir et pourtant qu’on pousse de toutes ses forces.» «Il s’agit [pour moi] de créer une éruption de la parole, là d’où jamais elle n’aurait pu émerger, de la bouche des noyés, de la bouches des fœtus, 

 

de la bouche des putes.» «L’auteur de théâtre est un passeur de parole, un créateur d’énergie de parole, un être pluriel puisqu’en lui vivent tous ceux qui ont besoin de dire.»  // «Je ne suis qu’un instinctif foudroyé, chair tremblant, face au hachage, au lynchage, au déchiquetage de la chair humaine. // Je crois que la vie est à découvrir, dans les respirations, les odeurs de la chair, du soleil  et non dans les idées.»

 

« Je souhaite développer l’écriture dramaturgique, organiser les compagnies théâtrales et donner une grande place à la formation des comédiens.» [Comme auteur,] je travaille dans l’écoute de ma sensibilité propre / chaque création est une interrogation. Je cherche constamment des formes qui s’accommodent au langage inscrit dans mon écriture, un langage éclaté pour une scène éclatée.»

 

11/ la pièce de Twaiba et Nourdine 2.008-2.009 «Hari Hari» marque un réel progrès qui combine et marie le texte de l’une et la mise en scène, visuelle, de l’autre.

 

Pour concevoir et écrire notre pièce «Ma Béquille Adorée», nous avons voulu suivre les précieux conseils d’Antonin Artaud.

 

Nous nous sommes donc concentrés sur le visuel, sur l’occupation de tout l’espace scénique, sur le mouvement des corps, les gestes, l’exploitation des sons culturels et naturels, émis par les humains et par les animaux, l’expression des senteurs (parfumées et moins agréables) ; nous souhaitons aussi, rapprocher la scène et la salle, les acteurs et les spectateurs, les comédiens, les danseurs et les musiciens…

 

Nous aurons, enfin, recours aux masques, aux images projetées, aux éclairages qui ciblent les personnages ou les groupes…

 

 

 

 

 

 

15,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison1